Pas seulement en Belgique - L'histoire médicale improbable du sirop de chocolat

À première vue, rien ne semble particulièrement étrange dans l'édition de décembre 1896 de The Druggists Circular and Chemical Gazette, un catalogue de produits que toute pharmacie qui se respecte se doit de posséder. Mais regardez de plus près : parmi les produits médicaux de première nécessité comme les seringues en verre de McElroy et les blouses de laboratoire de Hirsh Frank & Co, vous trouverez des trouvailles plus curieuses, dont la poudre de cacao Hershey.

"Parfaitement soluble", annonce la publicité en caractères gras et majuscules. "Garanti absolument pur." On a l'impression qu'il s'agit de colporter des médicaments - et en fait, c'est un peu le cas.

Les pharmaciens de l'époque utilisaient souvent la poudre noire pour préparer un sirop suffisamment doux pour masquer le goût des remèdes indésirables. En creusant l'histoire et en retrouvant d'autres circulaires et magazines pharmaceutiques, nous découvrons la riche histoire du sirop de chocolat, qui n'a pas commencé avec la crème glacée et le lait aromatisé, mais avec la médecine.

Notre amour du chocolat remonte à plus de 3 000 ans, avec des traces de cacao apparaissant dès 1500 avant J.-C. dans les pots des Olmèques du Mexique. Pourtant, pendant la plus grande partie de son histoire, le chocolat était consommé comme une boisson faite de fèves fermentées, grillées et moulues. Cette boisson était loin de la boisson sucrée et laiteuse que nous appelons aujourd'hui chocolat chaud : Elle était rarement sucrée, et probablement très amère.

Pourtant, les cabosses de la taille d'un ballon de football qui abritaient les fèves étaient tenues en haute estime ; les Aztèques échangeaient même le cacao comme monnaie d'échange. Le chocolat n'est toutefois pas devenu populaire outre-mer avant que les Européens ne s'aventurent sur le continent américain à la fin du XVe siècle. Au XVIIIe siècle, les fèves moulues étaient consommées avec avidité dans toute l'Europe et dans les colonies américaines sous forme de boisson chaude sucrée qui rappelait vaguement le cacao chaud d'aujourd'hui.

À l'époque, le chocolat était vanté pour ses propriétés médicinales et prescrit comme traitement pour toute une série de maladies, explique Deanna Pucciarelli, professeur de nutrition et de diététique à la Ball State University, qui effectue des recherches sur l'histoire médicinale du chocolat. Il était souvent prescrit aux personnes souffrant d'une maladie de dépérissement : Les calories supplémentaires aidaient à prendre du poids et les composés semblables à la caféine donnaient du tonus aux patients. "Il ne traitait pas la maladie proprement dite, mais les symptômes", explique-t-elle.

Les pharmaciens de l'époque utilisaient souvent la poudre noire pour préparer un sirop suffisamment sucré pour masquer la saveur des remèdes indésirables, explique Stella Parks, chef pâtissière du site web de cuisine et d'alimentation Serious Eats. Parks est tombée sur ces publicités vintage alors qu'elle faisait des recherches pour son nouveau livre, BraveTart : Iconic American Desserts, qui retrace l'histoire moins connue de nos friandises préférées.

Pourtant, pour les pharmaciens, ce n'était pas seulement les supposés bienfaits pour la santé, mais aussi la saveur riche et veloutée qui exerçait un tel attrait. "L'une des caractéristiques des médicaments, même en remontant loin dans le temps, est qu'ils sont vraiment amers", explique Diane Wendt, conservatrice associée de la division de la médecine et de la science au National Museum of American History du Smithsonian. De nombreux médicaments étaient à l'origine dérivés de plantes et appartiennent à une classe de composés connus sous le nom d'alcaloïdes, qui ont une saveur âcre et qui font mal à la bouche. Le premier de ces alcaloïdes, isolé par un chimiste allemand au début des années 1800, n'était autre que la morphine.

Il s'est avéré que le chocolat couvrait efficacement le goût âcre de ces substances. "Peu de substances sont prises avec autant d'empressement par les enfants ou les invalides, et peu sont encore meilleures que [le chocolat] pour masquer le goût des substances médicinales amères ou nauséabondes", selon le texte de 1899, The Pharmaceutical Era.

Pourtant, l'utilisation d'une couverture sucrée pour les médicaments n'est pas complètement morte. Vous pouvez trouver des médicaments masquant le goût sucré sous de nombreuses formes, du sirop contre la toux à la cerise à l'amoxicilline aromatisée au chewing-gum. Il semble que Mary Poppins avait raison : Une cuillerée de sucre - ou dans ce cas, de chocolat - aide vraiment à faire passer le médicament.

source : Smithsonian